SAUVEGARDE DU COURLIS CENDRE

Agenda : le 20-04-2019

    Courlis cendré - Numenius arquata (source : Ken Billington_BY-SA 3.0)Résultat de recherche d'images pour "sauvegarde du courlis cendre"

Protection des Courlis cendrés en Meuse

La vallée de la Meuse est un espace naturel remarquable qui contribue à l'attractivité de notre territoire et représente l'un des principaux sites de reproduction des oiseaux prairiaux du Grand-Est.

Les études récentes montrent une chute constante des effectifs du Courlis cendré ou du Râle des Genêts, espèces pourtant phares des prairies de la vallée de la Meuse. Ces espèces sont en danger de disparition totale de notre région, classée Natura 2000 : de 35 couples en 2005, il ne reste que 10 couples en 2016.
Le Département s'est engagé dans un programme de conservation du courlis en lien avec la profession agricole. Il s’agit donc d’évoquer les facteurs susceptibles d’avoir contribué à cette diminution de la productivité, sans omettre ceux pouvant affecter la survie des oiseaux volants.

Perte et dégradation de l’habitat :
Dans les régions où la régression des effectifs nicheurs est constatée, les causes identifiées sont presque toujours attribuables à la diminution ou à la dégradation des milieux favorables :
  • régression et morcellement des surfaces en herbe,
  • modification de la structure prairiale par l’intensification des pratiques agricoles (drainage, fertilisation…),
  • mécanisation de l’exploitation des terres (arasement des sols, ensilage et fauche précoces) entrainant la destruction des pontes et des nichées,
  • abandon des méthodes d’exploitation traditionnelles (landes) et de l’élevage extensif,
  • conversion des prairies de fauche, des tourbières et des landes en cultures (maïs) ou en boisements (peupliers, conifères).
 Autres facteurs :
  • Piétinement par le bétail, dont l’impact est accru par l’augmentation de la charge en bétail,
  • Fauches trop précoces,
  • Damage des prairies au printemps pour égaliser les taupinières,
  • Arasement des microreliefs dans les prairies. Ces aménagements agricoles sont d’autant plus dommageables que ces éminences sont fréquemment utilisées par le Courlis cendré pour y établir son nid en prairie inondable.
  • Inondations et aléas météorologiques.
Nombres d'agriculteurs sensibilisés à ce phénomène, réalisent des retards de fauchage et d'autres actions comme l'absence de fertilisation des prairies pour favoriser la reproduction. Pour les randonneurs et promeneurs, des signalisations indiquent où ils peuvent circuler afin de ne pas déranger les oiseaux nichant dans les prairies.

LIEUX de nichage en Lorraine : prairies de fauches des vallées alluviales, principalement prairies inondables méso-hygrophiles et hygrophiles à Œnanthe intermédiaire (Oenanthe silaifolia) et Séneçon aquatique (Senecio aquaticus) et localement prairies mésophiles, voire xérophiles ; exceptionnellement sur prairie pâturée.

Photos

Publié le